« UN GORILLE » DANS LA JUNGLE TUNISIENNE

L’auteur parait se référer entièrement à ce genre littéraire apparu dans les années 20 aux Etats-Unis d’Amérique, avant de conquérir l’Europe. D’ailleurs, l’intitulé de l’un de ses derniers chapitres, « Gare au Gorille » (en français dans le texte), semble tiré directement d’un roman de San Antonio (Frédéric Dard), même si Kamel Riahi dit qu’il s’est inspiré d’une chanson de Georges Brassens (Le Gorille).

Le lien étroit tissé par le roman noir avec le 7ème art n’est pas étranger au parti pris formel qu’a choisi Kamel Riahi  dans la composition de son roman : d’abord, un découpage en séquences visuelles, plutôt qu’en unités dramatiques ; ensuite, une progression de l’histoire dans l’action plutôt qu’a travers une évolution psychologique des personnages. Ce choix esthétique ne charrie-t-il pas un appel à une adaptation cinématographique ? Est-ce la genèse d’un roman noir à la tunisienne ? Ou est-ce simplement une expérience qui n’aura pas de suite, comme c’est, malheureusement, souvent le cas dans la production culturelle tunisienne ?

Comme tous ceux qui se posent des questions sur  « la révolution tunisienne », disons : attendons pour voir.

Naceur SARDI

A propos kamelriahi

KAMEL RIAHI Kamel riahi: tunisian novelist and journalist , born in 1974. He works as a cultural correspondent for prominent universal broadcasting including; newspapers, televisions and news agencies. He worked as the head of translation department at Arab Higher Institute for Translation in Algeria .In 2010, he returned to Tunisia where he joined the ministry of culture and took charge of the cultural panel in important spaces in the Tunisian’s capital. In 2007, got the “Golden Alcomar” prize to the best novel named “the scalpel” in Tunisia.In 2009 he was the only winner in “the Beirut 39” literary contest organized by high festival foundation to choose only 39 best arab novelists .One of the best five writers under the age of forty selected to participate in “the Bouker’s competition for two rounds. He issued a set of literary and monetary books such as; “Gulls memory” , “Stole my face” , “the scalpel” , “the gorilla” , “the movement of narrative fiction and it’s climate” and “thus spoke Philippe lejeune” and “the novel writing of wasiney al aaradj”.Some of his works have been translated into French,English,Italian,Hebrew and Portuguese languages.
Lien | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s